Nature

Le chemin grimpe

le long des côtés d’une douce colline

Les vignobles arrivent juste à l’orée de la chaussée. Les cyprès et les hêtres ombragent les rangées des vignes. Un lièvre court parmi les vignes. Dans le ciel, une buse chasse et vole en grand cercles en cherchant avec son regard aigu une proie au sol. Un nouage d’abeilles, de petits insectes, des papillons remplit l’air parmi les vignobles et sur l’herbe. Cette énorme vitalité est le signe tangible des changements adoptés pour rendre Monte del Fra’ un domaine toujours plus soutenable pour l’environnement.

Progressive mise à zéro

des produits de la chimie de synthèse;

pièges à confusion sexuelles pour interdire le développement des insectes dangereux pour les plants ; soin de la biodiversité en laissant des grands espaces de bois entre les vignobles et en permettant à la Nature de trouver ses propres contremesures ; systèmes d’irrigation à goutte pour éviter toute dispersion et le gaspillage de l’eau précieuse.

Monte del Frà applique le protocole de la défense intégrée : nous n’”imposons” rien à la plante, nous l’aidons à trouver en soi-même et dans le milieu environnant la force pour combattre les maladies et les parasites naturels. On parte du terrain, où la plante se nourrit : en automne nous le minéralisons avec des semences de différents types (technique de l’engrais vert). Le terrain s’enrichit de nutriment, naturellement, et la plante trouve tout ce dont elle nécessite.

En printemps, à travers des bâtonnets chargés d’hormones, nous confondons la tordeuse en évitant ou en réduisant le risque de reproduction, donc en diminuant la possibilité que la vigne tombe malade et doit être traitée. Pendant les mois d’expansion maximale de la flore, nous nettoyons les rangées de vigne en prêtant attention à la faune utile. Donc, le hachage de l’herbe se passe sur les rangées de vigne alternées, de façon que la faune puisse se déplacer et trouver un nouvel abri. Autour de la vigne, le hachage est rigoureusement mécanique, sans jamais utiliser les produits chimiques et en laissant le haché sur le terrain pour recréer le nutriment.

La plante devient ainsi plus forte, en trouvant dans la nature tous les éléments dont elle nécessite. De cette façon, elle réussit aussi à résister au défi du changement climatique

Le retour de la faune selvatique est le meilleur témoignage de l’amélioration de l’environnement naturel dans les parcelles de terre gérées par la famille Bonomo, qui depuis quelques années a entrepris un parcours de soutenabilité basé sur la somme de gestes concrets, pragmatiques, pour garantir avant tout le maximum respect de la nature, un préambule indispensable quand on veut créer un vin de très haute qualité.